La Végétation

Tous les textes sont personnels, certains sont protégés par le copyright.

Toutes les photos présentées dans ce site sont personnelles, sauf mention contraire.

Merci de me demander une autorisation pour un usage privée. Sourire

L'utilisation à des fins commerciales étant interdite.

La vallée du Viaur se divise en deux ensembles géographiques distincts: le Lévezou au nord et le Ségala au sud.

Le massif du Lévezou est un haut plateau cristallin en plein cœur du département de l’Aveyron, son altitude moyenne est de 900 mètres. C’est un massif bien arrosé avec environ 1100 mm de précipitations annuelles et il est drainé principalement par la rivière Viaur et son affluent, le Vioulou. Il a fait, de ce fait, l’objet de nombreux aménagements hydro-électriques au cours du XXème siècle. C’est un haut plateau d’élevage bovin et ovin.

En amont, les tourbières du Lévezou font l’objet de mesures particulières et certaines sont inscrites dans le réseau Natura 2000, les plus importantes sont les tourbières des Douzes de Mauriac, de Las Founts à Arvieu et les tourbières de Rauzes. Cette dernière appartient au Conseil Général de l’Aveyron et peut être visitée (Espace Naturel Sensible).

Elles sont d’un intérêt floristique et écologique remarquable, dû notamment à la flore typique des tourbières mais aussi par les oiseaux, les batraciens et les insectes. Certaines espèces végétales sont très rares : drosera à feuilles rondes, drosera à feuilles intermédiares, iris de Sibérie, lycopode inondé, trèfle d’eau, comaret, sphaignes et carex. Pour les orchidées : Spiranthes aestivalis est aujourd’hui présente dans une tourbière, Epipactis palustris se rencontre dans quelques tourbières de la ceinture basique du sud Lévezou, par contre Hammarbia paludosa n’a pas réapparue depuis 1974, alors qu’elle était citée par Dupias en une dizaine de secteurs en 1955. Dans les zones humides et les marécages du Lévezou on peut aussi rencontrer des espèces de Dactylorhiza, Dactylorhiza elata, Dactylorhiza majalis, Dactylorhiza maculata, Dactylorhiza incarnata. Par contre Dactylorhiza  sambucina sera plutôt en limite du Causse. Dans les pâturages et les prairies plus ou moins humides la présence de Coeloglossum viride et de Gymnadenia conopsea est à signaler.

Le Ségala se situe au sud ouest du département de l’Aveyron et au nord ouest du Tarn, il s’étend entre deux vallées, celle de l’Aveyron et celle du Viaur, à une altitude comprise entre 200 et 900 mètres. Cette région est entourée par plusieurs Causses, le Causse du Quercy ou de Villefranche de Rouergue, le Causse du Comtal, le Causse de Séverac le Château, le Causse du Larzac

Son nom vient de l’occitan « Ségalar », attribué aux terres à seigle, c’est une terre pauvre, généralement siliceuse, acide, avec quelques poches de terrains marneux ou calcaires.

Cette région offre des paysages contrastés avec des fonds de vallées sauvages et encaissées et des plateaux bocagers dominés par les cultures et l’élevage de bovins. Les prairies sont souvent fauchées et présentent une diversité floristique intéressante. On y trouve le lychnis fleur de coucou, la reine des prés, l’hélianthème vulgaire, l’ornithogale en ombelle… On peut aussi noter la présence des orchidées : Anacamptis morio, Anacamptis pyramidalis, Himantoglossum hircinum, Neotinea ustulata, Ophrys apifera, Ophrys apifera trollii, Ophrys aranifera, Orchis mascula, Serapias lingua, et avec un peu de chanceDactylorhiza maculata. A proximité des Causses, aux bords des chemins nous pouvons rencontrerOphrys insectifera, Orchis militaris et Orchis simia, sans oublier la dernière orchidée de l’année : Spiranthes spiralisdans certaines pelouses sèches en aval de la vallée.

Au bord du Viaur et de ses affluents nous trouvons un bande étroite constituée par la ripisylve, on y trouve l’aulne glutineux, le frêne, le charme, plusieurs variétés de saules. Parmi les plantes herbacées nous avons la renoncule à feuilles d’aconit, la scille à deux feuilles, le caltha des marais, la lysimaque commune, la primevère élevée, le géranium noueux ainsi que l’osmonde royale … et parfois la Listera ovatadans les pelouses fraiches ou les bois clairs du bord de l’eau.

Les chênaies se rencontrent principalement dans les parties aval  et centrale de la vallée avec le chêne pédonculé, le chêne pubescent, le chêne sessile et le chêne tauzin. Le hêtre, sous influence montagnarde est plutôt présent en amont alors que le châtaignier, autrefois largement cultivé, est présent dans la moitié aval de la vallée. Les plantes herbacées présentes sont : l’ancolie, l’anémone Sylvie, le millepertuis perforé, la scille fausse jacinthe et le rare lis martagon. Dans les sous bois clairs, dans les clairières avoisinantes et aux bords des sentiers forestiers, nous pouvons découvrir Anacamptis pyramidalis, Cephalanthera damasonium, Cephalanthera longifolia, Epipactis helleborine, Limodorum abortivum, Neottia nidus-avis, Orchis morio et Orchis mascula.

 

Texte réalisé en collaboration avec Gérad Briane, Maître de Conférence à l'Université de Toulouse le Mirail.

Sentier découverte tourbières

Non loin de la source du Viaur, dans le Lévezou, vous avez la possibilité de visiter la Tourbière des Rauzes: renseignements à l'Office du Tourisme Patreloup-Lévezou de St Léon (12) - Contact téléphone 0899235989. Vous y découvrirez une flore particulière dans un écosystème d'une grande fragilité.

La tourbière de la Plaine des Rauzes, 

 

 

Sentier botanique de Pampelonne

Dans la partie aval de la vallée vous pouvez visiter le sentier botanique de Pampelonne (81) lors d'une balade familiale: le circuit est facile, pas de dénivelé, de nombreuses espèces végétales sont misent en évidence par une signalitique pédagogique et esthétique. Depuis le village de Pampelonne, descendre vers le site de Thuriès et immédiatement après le pont sur le Viaur, tourner à droite pour accéder au circuit.

panneau-1.jpg
Panneau

7 votes. Moyenne 2.71 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 06/09/2016

×