Les Orchidées du Viaur

Ouvrage sur les Orchidées de la région

Actuellement un ouvrage sur les Orchidées de la région vient de paraître au prix public de 25 €. 

http://viaurnature.e-monsite.com/pages/ouvrage-les-orchidees-de-notre-region.html

Tous les textes sont personnels, certains sont protégés par le copyright.

Toutes les photos présentées dans ce site sont personnelles, sauf mention contraire.

Merci de me demander une autorisation pour un usage privée. Sourire

L'utilisation à des fins commerciales étant interdite.

Les Orchidées

Les orchidées sont des plantes vivaces à rhizomes ou tubercules (généralement au nombre de 2), parfois à racines à petites bulbilles ou à racines enchevêtrées (Néottie). Les parties souterraines peuvent rester longtemps dans un cycle de repos, sans émettre aucune feuille par suite de mauvaises conditions (années défavorables, végétation trop dense, pâturage intensif …) puis redonner une floraison abondante lorsque les conditions redeviennent normales (températures plus clémentes, déforestation).

La tige n’est jamais bifurquée, elle est le plus souvent dressée, de section circulaire, pleine, rarement creuse, glabre ou pileuse. Les feuilles sont toujours entières, jamais composées, souvent linéaires, lancéolées ou engainantes, sillonnées de nervures parallèles et parfois réduites à de simples écailles.

Les fleurs sont disposées en épi sur une hampe dressée, rarement une fleur unique comme pour le Cypripedium. L’épi est de forme variable, cylindrique, conique, spiralé, ou en épi lâche.

La structure d’une fleur :

Le périanthe des orchidées est composé d’éléments d’aspect très variables :

-       3 sépales assez semblables, le dorsal étant souvent différent des 2 latéraux, ils sont parfois étalés, dressés, reliés ou soudés en casque.

-       3 pétales, les 2 supérieurs nettement plus petits que les sépales et l’inférieur en forme de lèvre : le labelle. Généralement celui-ci est plus développé, souvent divisé en plusieurs lobes, orné de dessins colorés, parfois recouvert de poils et de ce fait il est comparable à un leurre visuel ou sexuel pour les insectes qui sont attirés par cette ressemblance quelquefois accentuée par des signaux olfactifs.

-       3 étamines dont une seule, réduite à son anthère reste fertile et renferme les pollinies qui seront transportées par les insectes visiteurs vers d’autres fleurs. 

-       3 stigmates dont seulement 2 sont fonctionnels mais peu visibles.

-       étamines et stigmates sont soudés entre eux, formant une colonne plus ou moins proéminente : le gynostème.

 

 

 

 

La reproduction des orchidées :

Le processus de pollinisation des orchidées est assez complexe :

-       Par pollinisation :

Les insectes sont attirés à l’intérieur des fleurs par plusieurs facteurs : l’attrait du nectar et du pollen, le dégagement d’un parfum, la ressemblance avec une autre fleur nectarifère, le leurre du labelle comme par exemple chez les Ophrys. L’insecte emporte avec lui les masses polliniques vers d’autres individus afin d’assurer la pollinisation.

-       Par germination des graines :

Chez une fleur fécondée la capsule du fruit laisse échapper une multitude de graines. Pour germer il faut que la graine soit envahie par un mycélium vivant dans le sol afin qu’elle puisse se transformer en un petit tubercule. Selon les espèces, l’éclosion de la première fleur peut se produire au bout d’un certain nombre d’années, pouvant aller de 2 à 15 ans.

-       Par les parties végétatives :

Les espèces à tubercules peuvent se  multiplier par fractionnement de leurs parties souterraines. Les espèces à rhizomes et certaines espèces à tubercules peuvent produire plusieurs tiges identiques. Ces espèces peuvent ainsi former de véritables colonies dans une même station au même titre que les plantes à stolons.

La protection des Orchidées :

En règle générale les orchidées sont protégées dans toute l’Europe, pour le territoire Français, l’arrêté du 20 janvier 1982, modifié par l’arrêté du 31 août 1995, mentionne les orchidées suivantes :

Anacamptis collina, Anacamptis coriophora, Anacamptis longicornu, Cypripedium calceolus, Epipogium aphyllum, Hammarbia paludosa, Liparis loeselii, Ophrys aurelia, Ophrys aveyronensis, Ophrys bertolonii, Ophrys bombiliflora, Ophrys ciliata, Ophrys magniflora, Ophrys neglecta, Ophrys tenthredinifera, Orchis spitzelii, Serapias neglecta, Serapias parviflora, Spiranthes aestivalis.

Pour la vallée du Viaur nous citerons :

Epipactis palustris, Gymnadenia austriaca, Hammarbia paludosa, Spiranthes aestivalis.

Les orchidées sont en régression dans beaucoup de sites du fait de la modification des cultures actuelles, de l’élevage intensif, de l’augmentation  des composés azotés…

En outre l’augmentation du tourisme, les cueillettes sauvages dont les bouquets éphémères déciment parfois toute une population dans certaines régions, le piétinement inconscient de photographes non avertis, tout cela est à l’origine de la raréfaction de nombreuses espèces.

 

Afin de sauvegarder nos orchidées sauvages il est bon d’adopter une règle de conduite en s’interdisant toute cueillette et toute constitution d’herbier, en évitant de piétiner un site et d’en prélever un échantillon dans le seul but de le transplanter pour agrémenter son jardin.

Orchidées sauvages de la vallée du Viaur

Noms scientifiques

Anacamptis morio (Linné)

Anacamptis pyramidalis (L.) L.C.M.Richard

Coeloglossum viride (L.) Hartman

Cephalanthera damasonium (Miller)

Cephalanthera longifolia (L.)

Dactylorhiza elata (Poiret) Soo’

Dactylorhiza maculata (L.) Soo’

Dactylorhiza majalis (Reichenbach)

Dactylorhiza sambucina (L.) Soo’

Epipactis helleborine (L.) Crantz

Epipactis muelleri (Godfery)

Epipactis palustris (L.) Crantz

Gymnadenia conopsea(L.) R. Brown

Hammarbya paludosa (L.) O.Kuntze (disparu aujourd’hui)

Himantoglossum hircinum (L.) Sprengel

Limodorum abortivum (L.) Swartz

Listera ovata (L.) R.Brown

Neotinea ustulata (L.)

Neottia nidus-avis (L.) L.C.M. Richard

Ophrys apifera (Hudson)

Ophrys apifera var. trollii (Hegetschw)

Ophrys aranifera (Hudson)

Ophrys fusca (Link)

Ophrys insectifera (L.)

Orchis laxiflora (Lamark)

Orchis mascula (L.)

Orchis militaris (L.)

Orchis provincialis (Balbis)

Orchis simia (Lamark)

Platanthera bifolia (L.)

Serapias lingua (L.)

Serapias vomeracea (Burman)

Spiranthes aestivalis (Poiret)

Spiranthes spiralis (L) Chevallier

Noms français

Orchis bouffon

Orchis pyramidal

Orchis grenouille

Céphalanthère à grandes fleurs

Céphalanthère à longues feuilles

Orchis élevé

Orchis maculé

Orchis du mois de mai

Orchis sureau

Epipactis à larges feuilles

Epipactis de Müeller

Epipactis des marais

Orchis moucheron

Malaxis des marais

Orchis bouc

Limodore à feuilles avortées

Listère à feuilles ovales

Orchis brûlé

Neottie nid d'oiseau

Ophrys abeille

Ophrys abeille variété Trolli

Ophrys araignée

Ophrys des Lupercales

Ophrys mouche

Orchis à fleurs lâches

Orchis mâle

Orchis militaire

Orchis de Provence

Orchis singe

Platanthère à deux feuilles

Sérapias à langue

Sérapias à long labelle

Spiranthes d'été

Spiranthes d'automne

Vous êtes le 72101ème visiteur

5 votes. Moyenne 4.40 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 27/04/2014

×